Programme du vendredi matin 8 novembre 2019

Les grands défis Climatologie, eau, goût, alimentation au sens large

La sécurité alimentaire, le climat, l’état des sols et de l’eau sont intrinsèquement liés. Nous savons aujourd’hui que seule une gestion durable de nos systèmes de production, ainsi qu’une remise en question de notre régime alimentaire, permettront de répondre à la menace du réchauffement climatique.

9h | Discours d'ouverture

9h20 | Le climat

Jean Jouzel - Laboratoire des Sciences du Climat et de l’Environnement, Institut Pierre Simon Laplace, Directeur émérite de recherche au CEA, Président du MURS
Le Rapport spécial du GIEC (Groupe d’experts Intergouvernemental sur l’Évolution du Climat) publié début août 2019 réaffirme l’étroite relation entre notre agriculture, l’état des sols, la sécurité alimentaire et les émissions de gaz à effet de serre. Ceci à un moment où le réchauffement climatique est devenu réalité et risque de s’amplifier au cours des prochaines décennies. Jean Jouzel rappellera que l’agriculture, la production alimentaire et la déforestation en sont des moteurs importants, qu’un réchauffement de 2˚C fait peser la menace d’une crise alimentaire, en particulier dans les régions tropicales et subtropicales, mais aussi que l’agriculture durable pourrait faire partie de la solution au réchauffement de la planète. Enfin, la gestion durable des sols est un objectif tout à fait réalisable mais qui implique une profonde remise en question de notre régime alimentaire et de nos systèmes de production.

9h50 | L’alimentation en transition ? L’enjeu de la confiance

Marie-Françoise Chevalier-Le Guyader, Directrice honoraire de l’IHEST, membre de l’Académie d’agriculture de France
Il n’est quasiment pas de jour sans que les médias se fassent l’écho de problèmes liés de près ou de loin à notre alimentation. Depuis les années 1980-1990, les crises sanitaires se sont multipliées autours des OGM, de la vache folle, des listérias, etc. Aujourd’hui, ce sont les perturbateurs endocriniens et les pesticides qui font la une, conduisant à remettre en cause la qualité alimentaire et, au-delà, les formes traditionnelles de production agricole comme les stratégies industrielles mondialisées dans l’agroalimentaire. Un climat de défiance vis-à-vis de l’alimentation s’est instauré dans nos pays développés. Mais il ne faudrait pas oublier les progrès faits depuis ces décennies : création des agences de contrôle et d’expertise, développement de l’agriculture raisonnée, biologique et, aujourd’hui, de l’agro-écologie, aide alimentaire, etc. Comme toujours une situation complexe est multifactorielle. Le « système alimentaire » est en transition. Ces exigences de qualité comme de sécurité pour nourrir neuf milliards d’hommes d’ici 2050 tout en préservant la planète et face au changement climatique, obligent à le repenser. L’épidémie mondiale d’obésité et sa coexistence dans les pays pauvres avec la sous-nutrition interrogent sur la double peine infligée à ces populations et… notre propre système alimentaire. Or, nous savons que l’alimentation, au fondement de toute organisation sociétale et politique, relève, non seulement de facteurs nutritionnels et économiques, mais aussi culturels. Comment alors progresser et retrouver confiance dans l’alimentation ?

10h20 | Eau, Goût, Santé : la maîtrise d’une eau banale

Pierre-Frédéric Ténière-Buchot | Membre de l’Académie de l’eau, président du programme Solidarité Eau (pS-Eau) et secrétaire du Mouvement Universel de la Responsabilité Scientifi que (MURS)
Démographie, agriculture, industrie, dérèglements climatiques : l’eau disponible est de plus en plus sollicitée. On ne peut pas vivre longtemps sans eau, mais le consommateur s’interroge sur sa qualité : faut-il boire l’eau du robinet ? Finalement, l’eau ne devient banale que lorsque l’on parvient à ne plus y penser avec angoisse. L’objectif est que tout un chacun atteigne une conscience pratique de l’eau, en responsabilisant son usage au quotidien.
 

10h50 | Pause

11h05 | Débat avec le public (75 min)

Les conférenciers avec :
CHRISTÈLE DE CRÉMIERS | Vice-présidente, Région Centre-Val de Loire
J-C PAGÈS | Président du comité scientifique du Haut conseil des Biotechnologies, PU-PH, université de Tours
GUY RICHARD | Chef du département Environnement et agronomie, INRA, Orléans, délégué à l’expertise scientifique collective, à la prospective et aux études